De Strasbourg à Mossoul

"Former le corps, le coeur et l'esprit"

De Strasbourg à Mossoul

En janvier, le chanoine Vigneron, délégué diocésain à l’Œuvre d’Orient, a assisté, à Bagdad, à l’ordination épiscopale du père Najeeb, rencontré à Strasbourg en 1987. Ce dernier est le nouvel archevêque chaldéen de Mossoul, la Ninive de la Bible aujourd’hui dévastée par les djihadistes. Par Hervé de CHALENDAR – 15 févr. 2019 à 05:00 – Temps de lecture : 3 min

C’est d’abord une histoire d’amitié. Elle commence en mai 1987. Le chanoine Rodolphe Vigneron, alors vicaire épiscopal en charge des formations, assiste à l’ordination, dans le couvent des dominicains de Strasbourg, d’un Irakien jeune trentenaire, qui prépare un mémoire à la faculté de théologie catholique : Michael Najeeb. Ce dominicain est ordonné par Mgr  Pierre Claverie, qui sera assassiné en 1996 à Oran (Algérie), puis béatifié en décembre 2018.

Près de 32 ans après cette rencontre, le 18 janvier dernier, le chanoine Vigneron a assisté à la deuxième ordination du père Najeeb : elle était cette fois épiscopale et célébrée à Bagdad. Le père Najeeb a été fait archevêque chaldéen de Mossoul. Le voici de nouveau en lien avec un évêque assassiné : l’un de ses prédécesseurs à Mossoul, Mgr  Faraj Raho, a été kidnappé puis exécuté en 2008.

« Michael m’avait dit : “Tu ne peux pas ne pas venir !” » , raconte le père Vigneron. Les deux hommes s’étaient déjà retrouvés dans les ruines de Mossoul en avril et mai de l’année dernière ( L’Alsace du 9 mai 2018), quelques mois seulement après le retrait de la ville de Daesh. « Un nouveau voyage n’était pas prévu : la nomination de Michael n’a été annoncée qu’au moment de Noël. Heureusement que je suis un peu connu à l’ambassade d’Irak… »

Le père Vigneron (à gauche) Le père Vigneron (à gauche) et le père Najeeb dans les ruines de Mossoul (Irak) au printemps 2018. Photo DR1 /2